STAYER -FR

STAYER -FR

LA PAROLE AUX ORGANISATEURS : INTERVIEW DE JEAN-CLAUDE FILLAUD, LE MAITRE D'OEUVRE DE LA REUNION DE DEMI-FOND DU BLANC

 

L' INTERVIEW DE JEAN-CLAUDE FILLAUD,

ORGANISATEUR DU GRAND PRIX DU BLANC

 

 

Jean-Claude Fillaud (à gauche), avec Emilien Clère et Michel Dejouhannet

 

 

 

 

STAYER FR : « Depuis combien de temps organisez-vous le Grand Prix de demi-fond du Blanc ? Quand a eu lieu la « première » ?

J.C Fillaud : « Nous avons organisé cette année le onzième Grand Prix Yves Coutant de demi-fond du Blanc. Il porte le nom d’Yves Coutant, qui fut un grand organisateur de course (route et piste) : cinquante années d'organisation de courses cyclistes, entre 1960 et 2005 »

 

STAYER FR : « Qu'est ce qui vous fait le plus vibrer lorsque vous assistez à ce Grand Prix » ? »

J.C Fillaud : « Ce qui est mémorable, c’est souvent la troisième manche, où l’esprit de compétition l’emporte sur l’enjeu »

 

STAYER FR : « Pourquoi La ville de Le Blanc, alors que vous résidez, je crois, en région parisienne ? »

Jean-Claude Fillaud : «  Oui, je vis et travaille à Paris ; mais je suis né au Blanc, et j’y ai mes attaches. Et puis, grâce au vélodrome et aux anciennes usines de cycles Dilecta, Le Blanc est une ville de cyclisme »

 

.STAYER FR : « Qu’est-ce qui vous anime pour continuer à organiser chaque année, contre vents et marées, une réunion de cette nature, surtout sur cette piste pas forcément évidente pour la pratique du demi-fond (étroitesse de la largeur de la piste, faible déclivité des virages …) ? »

Jean-Claude Fillaud : « Le demi-fond fait partie de ma vie. Lorsque j’étais enfant, entre mes sept et douze ans, le jour le plus important de l’année, c’était le lundi de Pentecôte. Le matin, j’avais messe obligatoire avec ma mère, et l’après-midi, j’avais vélodrome obligatoire, avec mon père, où il y avait autant de ferveur. Les vedettes qui tournaient sur la piste du Blanc alors, c’étaient Timoner et Godeau.

Mais vous avez raison, la piste du Blanc a ses particularités. Elle force les entraîneurs à une grande implication. Lorsqu’ils sont à trois de front, ils me font peur dans les virages; mais je n’y ai jamais vu d’accident à cause de la piste (je touche du bois) »

 

STAYER FR :  « Comment s’est déroulée l’édition 2017, sportivement parlant et en terme de fréquentation ? En avez-vous été satisfait ?»

Jean-Claude Fillaud : «  Nous avons assisté à un beau duel cette année entre Patrick Kos et Emilien Clère, qui se sont jaugés ainsi dans la perspective du championnat d’Europe. Le public était au rendez-vous, comme chaque année. Parmis les spectateurs, (plus de six cents cette année) il y avait un certain Sylvain Chavanel, qui avait couru sur la piste du Blanc lorsqu’il était cadet »

 

 

 

STAYER FR : « Sur quels moyens humains vous appuyez-vous et quelle logistique mettez-vous en œuvre le cas échéant? »

Jean-Claude Fillaud : «  Le succès repose sur le Vélo-Club Blancois, son Président Jo Martino, et sa remarquable équipe - une quinzaine de personnes -, qui font notamment un gros travail préparatoire (affichage) et d’accueil du public. Le speaker, Gérard Besson, contribue lui au succès de la manifestation par son enthousiasme et sa connaissance du demi-fond »

 

STAYER FR : «  Quel est le budget moyen par poste (animation, sonorisation, sécurité, équipages coureurs/entraîneurs etc …) de votre organisation ? " 

Jean-Claude Fillaud : « C’est le Vélo-Club Blancois – club organisateur-, qui gère le budget. Pour financer l'épreuve (sans déficit), il faut un budget de l’ordre de 8000€, dont les deux tiers vont au poste coureurs/entraîneurs »

 

STAYER FR : « Qu’attendez-vous des protagonistes (coureurs, entraîneurs) lorsqu’ils participent au Grand Prix de demi-fond du Blanc ? »

Jean-Claude Fillaud : « Lorsqu’ils participent au Grand Prix de demi-fond du Blanc, j’attends des protagonistes qu’ils aient le plus grand respect pour le public, ce qui a toujours été le cas. Par ailleurs, au Blanc, après les épreuves, il y a le dîner en commun : coureurs, entraîneurs et organisateurs réunis, cela contribue à nouer des liens de respect et d’amitié »

 

STAYER FR : « Quel est la demande ou le vœu que vous souhaiteriez formuler auprès d’eux pour optimiser leurs « prestations » dans le cadre de votre organisation ? »

Jean- Claude Fillaud : « La réussite d’une discipline, c’est lorsqu’il y a symbiose entre les coureurs, les organisateurs et le public : c’est le cas au Blanc. Je fais le vœu que les générations à venir comprennent comme Timoner, Godeau, Emilien Clère et Antoine Gaudillat, l’importance du rendez-vous blancois pour la promotion et la vie de leur discipline »

 

STAYER FR : «  L’avenir de cette manifestation, vous le voyez comment ? »

Jean- Claude Fillaud : « Cette discipline a été sauvé par Monsieur Jean Court, et elle vit aujourd’hui grâce à Alain Gaudillat et votre association (France Demi-Fond – n.d.l.r.). Mon vœu est que le giron fédéral la prenne davantage en considération. Oeuvrons pour cela. »


 

Patrick Police, pour STAYER FR, le 9 Octobre 2017

Avec mes remerciements à Jean-Claude Fillaud pour sa collaboration

 



25/10/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres