STAYER -FR : Le blog 100 % demi-fond et derny

STAYER -FR :  Le blog 100 % demi-fond et  derny

JEAN RAYNAL LE STAYER TOUCHE-A-TOUT, CHAMPION ET GLOBE-TROTTER : SUITE 2 DE LA SAGA

JEAN RAYNAL, LE STAYER TOUCHE-A-TOUT,

CHAMPION ET GLOBE TROTTER 

Troisième épisode de la saga

 

DES SIX-JOURS, UN RECORD ET PUIS … LE DEMI-FOND

 

RAYNAL 9.jpg

 

 

STAYER.FR : Après les jeux, ma foi fort lucratifs, du « Vélo-Spoutnik », il était temps de changer de braquet. Le mot d’ordre pour l’année 1959 sera donc :  « Tout pour le demi-fond ! » Mais avant d'évoquer ses six titres nationaux, il reste à évoquer l'évènement qui y mènera. 

 

Jean RAYNAL : «  Tu viens de me remettre mon palmarès, établi par ton copain … Chapeau … Je suis impressionné. Il y a même dedans des courses dont je ne me rappelais plus du tout ! Pourtant,  je vois qu’il manque quelque chose, et quelque chose qui me tient drôlement à cœur : c’est mon record derrière derny !  »

 

« Ce jour-là, le 8 Février 1959, au « Vél’ d’Hiv’ » de Paris,  je marchais « terrible », et j’ai battu le record des dix kilomètres derrière derny, détenu jusqu’ici par Louison Bobet ... Mais s’il n’y avait eu que le record ! Dans cette course, disputée « à fond les poignées », j’ai laissé Jacques Anquetil lui-même derrière moi, après avoir doublé tous mes adversaires ! Je m’en rappellerai toujours : à peine la ligne d’arrivée dépassée, Anquetil, alors que nous étions encore sur le vélo, m’a passé le bras autour du cou et m’a dit : « Je suis content ! Merci, merci : tu as battu le record de Bobet ! » Ce record, je l’avais abaissé de dix secondes ! (10’11’’3/5 au lieu de 10’21’’3/5) Parti en tête, jamais dépassé pendant la course, avec un Jacques Anquetil constamment sur mes talons, et qui finira à 125 m, Varnajo, Blusson, Gauthier et consorts doublés, oui, ce match « Pistards-Routiers » restera un des grands moments de ma carrière, un de ceux dont je suis le plus fier ! Le lendemain, les journalistes me couvraient de louanges : « Jean Raynal affirme son talent » « Un exploit à l’actif de Jean Raynal »  J’enchaînerai par la suite les américaines  au « Vél d’Hiv’ » avec Roger Godeau, avant de partir pour New-York, afin de participer aux Six-Jours là-bas, avec Serge Blusson pour équipier. Etaient du voyage également Bernard Bouvard et André Boher. » 

 

RAYNAL 12_crop.jpg
RAYNAL SIX JOURS.jpg
6 Jours de New-York - à droite Avec Serge Blusson, Alfred Letourneur et Bernard Bouvard - collection Jean Raynal
  

 « On a vécu sur le transatlantique « Le Liberté » sept jours de traversée agitée - et Bernard Bouvard et ses coups pendables n’y furent pas pour rien ! - ». Au retour des Etats-Unis, j’ai participé au gala de clôture du Vél’ d’Hiv’ : " Le dernier tour de piste " ainsi que l'appelait  le programme. Ce vendredi 17 Avril - tristement historique -, je finis quatrième de l’épreuve de demi-fond derrière Timoner, De Paepe et Godeau. » 

 

« Car je continuais à courir derrière moto, comme tu le vois. Depuis mon titre chez les amateurs, je n’avais jamais laissé tomber le demi-fond, mais faisais le stayer par ci par là, au gré des contrats. Mais depuis mon record et ma victoire sur Anquetil derrière derny -  qui avaient agi chez moi comme un déclic -  l’idée de m’y consacrer plus sérieusement,  me trottinait de plus en plus dans la tête. Appuyé sans réserve par Georges Wambst, j’ai décidé alors de faire du championnat de France des stayers un véritable objectif »

 

« Routier ou pistard, je restais toujours un forcené de l’entraînement. La plupart du temps, j’effectuais mes raids dans le sillage de la Mobylette orange de mon oncle Lucien Baudry, sur la route nationale 4. Un jour que nous roulions à fond entre Ozoir-La-Ferrière et Tournan, nous voilà interpellés par un gendarme qui nous fait signe de nous arrêter : « Le Général de Gaulle va passer, dégagez de là ! » Je ne lui réponds pas, et on continue de foncer comme si nous n'avions rien entendu.  Quelques instants plus tard, une 403 break de la gendarmerie nous prend en chasse, et nous force à stopper. Les gendarmes ne sont pas longs à nous emmener tous les deux au poste de Tournan. Là, ils me verbalisent pour, en vrac et dans le tas : prise de sillage d’un cyclomoteur, défaut d’avertisseur et absence d’éclairage. Je leur dit que leur verbalisation ne vaut rien, que je n’ai pas pris le sillage de qui que ce soit, que je ne connais pas le type qui conduisait ce cyclomoteur ( !) J'en rajoute en leur affirmant que c’est lui qui m’a dépassé et qui m’accompagnait  lorsqu’ils m’ont interpellé … Quand ils m'ont demandé ce que je faisais sur cette route, je leur ai répondu : « Je suis champion de France, il faut bien que je m’entraîne, non ? » Là, ça s’est gâté, et le ton est vite monté. « Je peux téléphoner ? » « Non ! » Ca a  franchement dégénéré alors, et  à un point tel que je me suis retrouvé bientôt menotté à un radiateur du poste. Alors là, je peux te dire que j’ai gueulé, et me suis débattu en faisant un boucan de tous les diables ! Après avoir vérifié mon identité (ça a duré des heures), ils m’ont finalement relâché à la fin du jour. Il ne me restait plus dès lors qu’à rentrer chez moi à vélo, avec une histoire de plus à ajouter à mon «palmarès » (après celle du marchand de quatre saisons – cf. premier épisode.n.d.Stayer Fr). Pour les journaux de l’époque, ça a été l’occasion de me faire un peu plus de publicité en titrant : « Le chemin du Président De Gaulle coûte cher … »

 

STAYER.FR : «Tout pour le demi-fond », avions-nous dit plus haut. Oui, mais les anciens ne sont pas forcément enclins à lâcher prise en cette année 1959, et Jean Raynal devra se contenter de la troisième place au championnat de France disputé sur la piste du Parc des Princes à Paris, derrière les indéracinables Bouvard et Godeau . Ce jour-là, Jean Raynal se heurtera de plein fouet à ces deux « murs ». Passer Godeau ? Aussitôt c’était buter sur Bouvard. Attaquer à mort ? Passer l’un, et c’était ce jour-là s’exposer immanquablement au  « contre » de l’autre, un jeu où il n’y avait rien à gagner. L’heure de la consécration chez les « pros » n’avait  apparemment pas encore sonnée pour le stayer francilien ... 

 

Jean RAYNAL : « Pour l’édition 1960 du championnat de France, je suis persuadé que le titre est pour moi. J’ai préparé cette compétition pendant deux mois. Même si je crains Roger Godeau, je sens que je peux le battre, car je suis en parfaite condition. Le jour de la course, parti en tête, je bute sur Robert Varnajo, et surtout sur son entraîneur Meuleman. Quand je réussis à m'en débarrasser, c'est pour me tuer à la lutte avec Bernard Bouvard durant la première demi-heure. A ce petit jeu, arrive ce qui devait arriver : Godeau nous place une fois que l'on s'est bien "cramés" une attaque imparable et tire les marrons du feu ! Malgré cela, je termine dans le tour de Godeau, « sur ses reins »,  à cent cinquante mètres, mon copain André Retrain me dépassant … après la ligne, pour finir troisième ! La presse, emballée par la course, estime que j’ai été l’homme fort de la course, et qu’André Retrain et moi représentons le renouveau du demi-fond. Roger Godeau ne le cache pas : « Jean Raynal sera mon successeur ! »  Mais tous ces compliments n’effacent pas ma déception, énorme.

      

       RAYNAL 2.jpg                                  RAYNAL 3.jpg

 

Les championnats du Monde, qui se déroulent trois moisplus tard en Allemagne de l’Est, à Karl-Marx-Stadt (redevenue Chemnitz de nos jours n.d.Stayer fr) pourraient être une consolation. Ils vont résonner comme un véritable coup de tonnerre dans le petit monde du demi-fond ! Car sur cette piste parfaite, dans le sillage d’Hugo Lorenzetti  et devant vingt mille spectateurs enthousiastes, je vais remporter ma série, la troisième, en « déroulant » en tête du début à la fin. A la moyenne de 80,793 km/h, en enroulant en souplesse le 29x6, j’ai épaté ce mardi soir là tous les observateurs présents.   La presse française s’enflamme de suite, d’autant que Verschueren et Timoner, spectateurs en bord de piste, leur déclarent voir en moi un futur champion du Monde  !  

 

RAYNAL 11 2.jpg

 

Inutile de te dire que je suis après cette victoire « gonflé à bloc ». Mais l’euphorie n’a pas duré très longtemps :  le vendredi suivant, je déchantais complètement, en passant à côté de ma finale (disputée entre parenthèses à plus de 82 km/h de moyenne, la plus rapide de l'après-guerre !) Cinquième derrière le grand Timoner, les Hollandais Wiestra, Koch et Van Houwelingen, l’Italien Pizzali, je me suis un peu consolé en pensant que j’ai tout de même gagné pendant ces championnats du Monde mon ticket d’entrée dans la cour des grands. Mais au fond de moi, j’espérais autre chose, et la presse française aussi. Encore aujourd’hui, je ne comprends toujours pas comment j’ai pu passer au travers dans cette finale. D’autant que quelques temps après, je vais gagner au Parc des Princes la « revanche » de ces championnats du Monde, en faisant décoller quatre fois le Grand Timoner en personne ! » 

  

« La saison d’après, je suis fin prêt pour revêtir mon premier maillot de champion de France chez les professionnels. 1961 sera l’année de ma consécration. Au terme d’une course serrée, disputée à 81.234 km/h de moyenne, je remporte mon premier titre chez les professionnels. !Je laisse à trente mètres derrière moi un Robert Varnajo qui m'a mené la vie dure une heure durant. Ni lui ni moi ne pouvait se douter alors que l’on inaugurait ce jour-là un duel qui allait s’étaler sur cinq saisons !

 

RAYNAL 5.jpg

 

Pour les championnats du monde, disputés deux mois et demi plus tard, à Zurich,  je figure logiquement parmi les favoris, compte tenu de mon titre tout neuf et surtout de ma performance en série de l’an dernier.  En l’absence de Timoner, blessé par une grave chute (fracture de l’humérus) survenue sur le vélodrome de Madrid, je crois en mes chances, même si personne, et moi le premier, n’ignore cette année-là la forme étincelante de l’Allemand Marsell. Je gagne ma place en finale, en terminant second de ma série derrière le Hollandais Wiestra. Mais cette finale se révèlera un drôle de « western » ! La course sera viciée par les agissements de Meuleman,  l’entraîneur belge de Marsell, envers son compatriote Vershueren. Ce dernier tentera d'ailleurs de se faire justice lui-même, sur la piste ! La course se terminera en esclandre. Mais le plus triste restera pour moi d’avoir fait perdre ce soir-là mon ami Paul De Paepe, que j’avais connu en Autriche (voir épisode précédent n.d.Stayer.Fr) et  à qui j’avais promis de ne pas faire de misères pendant la course. Dommage que Lorenzetti, mon entraîneur, n’ait rien trouvé de mieux  que de faire tout le contraire ce soir-là, en « arrêtant » mon ami de son propre chef ! Je terminerai quatrième de cette drôle de finale au goût amer. Tu ne me croirais pas, mais tout ce « bazar » n’a pas eu d’influence sur mon résultat décevant; je ne peux pas dire ça, ça ne serait pas honnête.  Je n'ai pas fait une belle finale, c'est tout. Ce qu’il faut retenir de positif, c’est que j'ai confirmé à Zurich cette année-là le statut acquis l’année d’avant  à Karl-Marx-Stadt »

 

« D’ailleurs, je vais enfoncer le clou dès le mois de Décembre, en  terminant second du Critérium d’Europe de demi-fond disputé à Bruxelles, remporté par … Paul De Paepe. Sans m’étaler sur le sujet,  talonné pendant toute la course par le champion du Monde, Marsell, je dois dire que je n’ai vraiment pas empêché Paul de remporter le maillot or avec la bande arc-en-ciel ce soir-là »

 

STAYER.FR : Fort de ce statut de stayer de valeur internationale, 1962 devrait donc s’annoncer favorablement pour « Monsieur 80 à l’heure ». Il va lui falloir confirmer son titre de champion de France, et chercher le maillot arc-en-ciel, que ses pairs et la presse le voient capable de forcément revêtir un jour. Mais tout ne va pas se passer pour le mieux cette année-là : une pincée de « Chouan » et une bonne dose de malchance suffiront à remettre les compteurs à (presque) zéro.

 

RAYNAL 4.jpg

 

Jean RAYNAL : «  Voilà que je perds mon maillot de champion de France ... Celui qui me le ravit ? Mon « meilleur ennemi » : Robert Varnajo. On s’est battu comme des chiffonniers tout au long de la course, et je  finis à quarante mètres du « Chouan ». J’ai perdu mon titre, mais au moins on aura offert en ce 20 Mai au public du Parc des Princes un spectacle de toute beauté. Ce jour-là, il était déchaîné, ce public, et il  a eu du mal à trancher entre ses deux « chouchous ». Je termine second donc, mais en n’ayant rien à me reprocher : je reste donc confiant pour les championnats du Monde. Surtout qu’ils se disputent à Milan, sur la piste du Vigorelli. Je me frotte les mains : une piste « rapide », comme je les aime ! Le « Chouan », lui, aurait préféré une piste plus « dure ». Mais c’est tout « bénéf’ » pour moi. Je crois en mes chances, même si Timoner, de retour, est le grand favori, indiscutable. L’Equipe n’hésite pas à avancer « Jean Raynal aura au Vigorelli la chance de sa vie ». Je termine troisième de ma série derrière Timoner et De Paepe,  et me qualifie pour la finale. Tout se présente donc pour le mieux pour moi ... sauf la météo : 44°, et le Vigorelli transformé en étuve ! Et une finale qui tournera pour moi au cauchemar. En effet, j’attrape dans l’après-midi une insolation terrible. Je veux me rafraîchir un peu, et je m’effondre dans les douches. Mon état inquiète tellement les personnes présentes que l’on décide de me transporter à l’hôpital de Milan, afin de  s’assurer qu’il ne s’agit bien seulement que d’une insolation (tu vois ce que je veux dire …) De retour de l’hôpital le soir même, je suis hors de toute condition. Et le jour de la finale je n’ai toujours pas récupéré. Dans le sillage de l’entraîneur Meuleman (le même qui avait failli tuer Vershueren l’année précédente), sans forces, je ne trouverai jamais l’allure et il n’y aura pas de miracle : je terminerai sixième.  La presse française, qui avait cru en moi et m’avait plutôt gâté les années précédentes,  ne me loupe pas  cette fois : « Jean Raynal fut « léger »  ...  « Jean Raynal n’a pas tenu ses promesses » ...


 

 

A suivre dans le troisième épisode de la saga Jean Raynal :

ce fameux championnat 1963 : beaucoup de fumée pour pas de feu ...

Mes Six-Jours  à travers le Monde ... Un dernier duel avec "Le Chouan" ...

 

Patrick Police

Tous documents et photos collection Jean Raynal

Avec mes remerciements à André Retrain et François Bonnin

 

A SIGNATURE BOOK NLLE EDITION - Copie - Copie.jpg A SIGNATURE LA COUVERTURE Couverture Image (2) - W Copie 1 - Copie - Copie - Copie - Copie.jpg



03/05/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres