STAYER -FR : Le blog 100 % demi-fond et derny

STAYER -FR :  Le blog 100 % demi-fond et  derny

JEAN-CLAUDE RUDE : l'interview d' Henri Pescarolo

      
23 Août 1978 : la tentative de Jean-Claude Rude

contre le record du monde de vitesse

derrière la Porsche 935 d' Henri Pescarolo

 

L'interview d' Henri Pescarolo

 

 

 

photo F.A Rude

 

 

Patrick Police :  " Henri Pescarolo, comment êtes-vous entré en relation avec Jean-Claude Rude ? "

 

Henri Pescarolo : " J’ai été  contacté par le manager d’une équipe de vélo, dont j’ai oublié

le nom (il s’agit de Jean de Gribaldy). Il m’a semblé qu’ils avaient ce projet de record
en commun, je ne sais pas qui avait eu l’idée de ce record, de lui ou de Jean-Claude ...
Et moi, ça m’a paru « complètement louf » de vouloir tenter de battre le record de José Meiffret (*) tant d’années après … Mais bon … pourquoi pas ? ... "

" Le challenge m’a intéressé. Instantanément, j’ai compris la responsabilité que je prenais, parce que je me doutais que c’était une entreprise   certainement dangereuse, et que la
responsabilité du pilote qui allait conduire la Porsche était vraiment très importante. "

 

" Ceci dit, ça m’a intéressé de relever ce challenge avec Jean-Claude Rude, qui s’est avéré être un « gamin » assez extraordinaire, enthousiaste et passionné parce qu’il voulait accomplir. Donc, on a mis en route le projet. "

 

" Sur le plan technique, avec Porsche tout d’abord, parce qu’il fallait trouver une voiture assez puissante pour emmener l’énorme carénage à l’arrière de l’auto …   La Porsche 935 était l’une des voitures les plus puissantes en course automobile à l’époque, et c’était celle qui s’avèrerait capable de pouvoir aller suffisamment vite en dépit de ce gros carénage. Porsche a relevé le challenge aussi donc, pour étudier en soufflerie, concevoir et se décider à fabriquer puis installer le carénage arrière."

 

 

 

photo F.A Rude -Musée de Tournus

 

 

Patrick Police : "  Et le circuit où se sont déroulés les essais ? "

 

Henri Pescarolo : " C’était le circuit Volkswagen, à Wolfsburg, en Allemagne (République Fédérale Allemande à l'époque) ... deux très longues lignes droites qui se rejoignent par des demi-cercles à chaque extrémité.  Il y a huit kilomètres de ligne droite à Wolfsburg : l’accident a eu lieu bien sûr sur cette ligne droite. "

 

 

 

Patrick Police : " Comment "gérer" le pilotage dans ce genre d’ « exercice » ?

 

Henri Pescarolo : " C’est assez difficile … parce que Jean-Claude avait beaucoup de mal à « lancer » son vélo à basse vitesse, à cause du développement invraisemblable qui devait lui permettre de passer les deux-cents kilomètres / heure, et comme on ne pouvait pas le tirer fort au départ et que les lignes droites étaient relativement courtes ... ( il faut savoir que Meiffret lui pour battre le record avait utilisé une portion d’autoroute rectiligne, il avait toute la distance néccessaire pour pouvoir se lancer tranquillement) "

 

" Là, on avait pas beaucoup de distance pour se lancer, et pour ralentir (car le ralentissement est aussi délicat que la période du lancement) . Donc c’était très difficile pour moi, parce que  la Porsche 935 était une voiture extraordinairement brutale (elle avait un gros turbo qui se déclenchait d’une manière un peu soudaine). C’est-à-dire que
j’avais beaucoup de mal à ne pas sortir Jean-Claude de l’aspiration au moment
où le turbo se mettait en route ... "

 

" Donc, c’était très délicat pour moi. En plus, je savais que j’avais une responsabilité énorme, parce que si je le sortais de l’aspiration d’une manière intempestive, il « explosait en vol » …  Oui, c’était très délicat pour moi … "

 

 

photo F.A Rude - Musée de Tournus

 

 

Patrick Police : " Qu’est-ce qui n’a pas marché dans cette tentative ? "

 

Henri Pescarolo : " Ce qui est invraisemblable, c’est que dans les années cinquante, José Meiffret n’a pas rencontré de problème avec ses boyaux, et que tant d’années après, on a pas été fichu de trouver des boyaux suffisamment résistant à haute vitesse …"

"  Ca a été miraculeux, car ça a explosé boyau arrière, boyau qui s’est mis en travers de la roue, et qui l’a bloquée … On devait être à cent trente à l’heure, quelque chose comme ça (n.d.l.a. : 175 km/h d’après les déclarations de Jean-Claude Rude). "

 

" Instantanément, il est sorti du sillage de la voiture, donc, il a pris d’un coup "dans la gueule" une énorme gifle aérodynamique. A cent-soixante-quinze à l’heure quand il est sorti de l’abri du carénage, c’est invraisemblable qu’il n’ait pas « explosé en vol » … et en plus de ça, le boyau qui se met en travers et qui a bloqué la roue … "

 

" Ce qui est incroyable, c’est qu’il ait continué à cette vitesse-là, roue arrière bloquée, sans se casser la gueule ! Et quand il s’est arrêté, sa roue n’était plus du tout ronde : elle était usée jusqu’aux rayons, à l’endroit de l’impact du blocage ! … Il a fait cette séquence comme sur une luge, roue arrière bloquée, et sans tomber ! "

 

 

Patrick Police : " Etes-vous resté en contact avec lui par la suite ?"

 

Henri Pescarolo : " Non … Après, on a jamais eu l’occasion de recommencer. Jusqu’à son accident avec le train, j’avoue que nos chemins se sont séparés ce jour-là, et je ne l’ai jamais plus revu. Et je n’ai eu de ses nouvelles que pour apprendre son accident."

 

 

 

Patrick Police : " Quel genre de personne était Jean-Claude Rude ? Le genre trompe-la-mort, un peu "tête brûlée" ?

 

 

Henri Pescarolo : " Non, non, c’était pas   du tout un trompe-la-mort … ou alors on est tous des trompe-la-mort en tant que pilotes de course … C’était juste un passionné de vélo, un passionné de vitesse, et par ce record de José Meiffret à battre. Pas du tout un trompe-la-mort : tout était préparé d’une façon très méticuleuse et minutieuse".

 

Interview réalisée le samedi 4 Août 2012

 

 

(*) à cette époque (1978), le record était devenu la propriété d'un Américain, Abott, ce qui obligeait Jean-Claude Rude à viser les 230 km/h. Mais le mythique record de José Meiffret (plus de 204 km/h) était encore dans tous les esprits.

 

 

 

avec mes remerciements à Henri Pescarolo, Françoise Antier-Rude et le Musée du vélo Michel Grezaud à Tournus

 

 

si cet article vous a intéressé, laissez votre commentaire !

 



21/09/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 115 autres membres