STAYER -FR

STAYER -FR

HISTOIRE DE STAYERS : Roland Konighsoffer, un grand du demi-fond

Ca me démangeait de vous parler un jour de Roland KÖNIGSHOFER, ce stayer autrichien multi-champion du monde …


En fait, l’ envie d’évoquer cette grande figure de la spécialité m’a gagnée dès ce jour d’Août 1987où, dans un vélodrome viennois plein à craquer, j’ai assisté à son combat désespéré pour la quête du titre mondial amateurs, combat mené contre trois coureurs italiens exclusivement attachés à sa perte …


Il s’était fait ce jour là « voler comme au coin d’un bois », Roland, pas trop aidé non plus aussi, paraît-il, par le travail de son entraineur (ceci selon des avis autorisés et motorisés) …


Il avait manqué le titre, certes, mais il avait démontré en même temps un caractère bien trempé, et une opiniatreté enthousiasmante, en se battant tel un chien furieux contre la coalisation transalpine ( non sans avoir littéralement éreinté l’un des membres du trio, et maintenu sous une pression totale les deux autres une heure durant … en restant dans le même tour que le premier !) 

 

 

Alors, comme une récompense à ses efforts pathétiques, Roland eu droit à l’issue de la course à une ovation pharamineuse, sans commune mesure avec sa troisième place, en apparence si dérisoire …

 

 

En apparence, seulement … Car il fut le roi d’un vélodrome scandant à l’unisson pendant d’interminables minutes des « Roland ! Roland ! » frénétiques … Ceci pendant qu’un des coureurs italiens escaladait la rembarde qui ceinturait la piste pour faire le coup de poing avec des spectateurs indignés ... Excitant ainsi davantage le public qui entama dès lors la monumentale « bronca » que méritait son triste comportement …

 

Magnanime, Roland calma peu après la foule et permit ainsi à ses deux voisins de marche du podium de mesurer dans une ambiance plus apaisée la valeur relative de leur si pauvre victoire …

 

 

 

Deux années passèrent après cette soirée incandescente, et je retrouvais Roland à Lyon, au Vélodrome de la Tête d’Or, à l’occasion des championnats du monde …

 

 

Mais Roland n’était plus dramatiquement isolé comme à Vienne … Son frère Thomas, stayer plus que correct, était à ses côtés … Et je sentais sur la ligne de départ les Italiens plus fébriles, plus inquiets qu’ils ne l’étaient deux ans plus tôt en pareille circonstance … Moi, je me rappelais 1987 et, en ce bel après midi d’été, je rêvais pour Roland d’un titre ô combien mérité, en forme de revanche …

 

 

Accoudé à la balustrade en bord de piste, au côté de quelques spectateurs, j’en étais à ces pensées indolentes, pas encore prêt à vivre toute l’intensité de la lutte à venir, quand j’hallucinai soudain : … dès le coup de pistolet, un des deux coureurs italiens remontait en bolide la file des concurrents qui s’élancaient progressivement (sur son plateau de stayer, bonjour l’effort !), et, en un sprint ahurissant, tombait sur le dos de Roland, cherchant à lui "piquer" la position de tête !!! … S’en suivit alors un coude-à-coude incroyable, que l'Autrichien remporta de haute lutte, au terme d’un demi-tour haletant …


Dès lors qu’il conserva la tête, ce fut la prise du sillage  des motos et la « voie royale » pour lui … Car il n’était plus seul contre presque tous comme en 1987 … Thomas KÖNIGSHOFER jouant dès lors aux adversaires de son frère, sur un mode bien plus subtil, mais tout aussi efficace,  la partition si bien exécutée deux ans plus tôt à ses dépens ...

 

A l’issue de la course, Roland KÖNIGSHOFER décrochait son premier titre de champion du monde, deux ans après le « forfait » de Vienne … Et Thomas, comme un cadeau, terminait troisième …

 

                                        

 

 

On rembobine ... au fait, comment Roland Könighsoffer,  en tête de la file des coureurs, a-t-il pû « sentir » l’attaque du coureur transalpin, et déjouer ainsi sa manœuvre géniale ? …

 

Allez, je peux bien l’avouer maintenant … Il doit y avoir prescription ...

 

Quand, du bord de la piste, j’ai vu « le coup » s’engager, j’ai hurlé de toutes mes forces, comme un possédé « Roland, Roland, attention !!! » … un peu comme au Guignol quand le gendarme arrive (eh, on était à Lyon, non ?), sous le regard apitoyé de mes voisins de tribune. 

 

Dans l'enceinte de la Tête d'Or, que l’essentiel du public avait déserté - laissant les seuls aficionados du demi-fond occuper la place -, mon Roland reçu l'annonce comme une secousse. Ainsi prévenu, il entama derechef l’accélération qui allait lui permette de gagner le bras de fer liminaire dont l’issue fut décisive pour la suite des évènements !!!

 

Ouais … Je vous sens sceptique sur ce coup là … Et vous allez me rétorquer : « Dis, il était pas autrichien, ton Roland ? … Et il comprenait le français, peut être ? … Tu n’affabulerais pas un peu des fois ? … »

 

Mais je me plais à croire, moi, que si Roland a pû enfin obtenir le titre de champion du monde qu’il méritait tant, c’est un peu (un tout petit peu) grâce à mon « signal », hurlé des balustrades au grand dam de mes voisins somnolents …

 

 

Si par hasard ces quelques lignes viennent à être lues  par Roland KÖNIGSHOFER, j’espère qu’il aura la délicatesse de ne pas me détromper …

 

On a tous besoin de croire aux histoires qu'on se raconte, non, surtout quand on les rapporte comme je viens de le faire ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

                                    

                                      

 

Roland KÖNIGSHOFER est né le 24/10/1962 a Neunkirchen (Autriche)
Il est marié à Monika Gattin. Son fils Lukas est né en 1989
Débute en 1976 et court derrière motos à partir de 1983
Champion de monde de Demi-fond amateurs a 1989 - 1990 - 1991
2me place championnat du monde demi-fond amateurs 1985 - 1988
2me place championnat du monde demi-fond open 1993 - 1994
3me place championnat du monde demi-fond amateurs 1986 - 1987 - 1992
3me place championnat d'Europe du demi-fond 1995 - 1996
29 fois champion national de cyclisme d'Autriche

Sur la route :
1986 : 1er du classement general du Tour de Grèce
1987 : 2me du classement general Uniqa Classic (Autriche)

Il a participé à 2200 courses sur route et piste en 21 années et a 300 victoires dans sa carrière.

Travaille depuis 1997 pour Adidas Autriche (Chef de promotion des sports)

 

Sujet réalisé par Patrick POLICE - merci à Erick VAN HERK et Olivier VRCHOTICKY

 

 

 

Nota : pour toute reproduction -même partielle - de ce travail, 

il devra être mentionné le nom des auteurs et du site internet STAYER FR

 

 

 

 

 



02/01/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres