STAYER -FR : Le blog 100 % demi-fond et derny

STAYER -FR :  Le blog 100 % demi-fond et  derny

FRANCOIS LAMIRAUD : prélude pour un record / L'nterview

INTERVIEW FRANCOIS LAMIRAUD

 

F LAMIRAUD  François JML.jpg

 

 

STAYER-FR : « Bien entendu, pas question de couper à la rubrique « état-civil » (il y a des maniaques du genre parmi les membres du site – j’en connais même qui ne liront que ça de l’interview). Alors, date et lieu de naissance, domicile ? Marié, Célibataire ? Des enfants ? »

 

F.L : « J’ai trente-et-un jusqu’au 5 avril prochain et je suis un homme heureux, originaire de Marseille. Je n’y ai jamais vécu mais j’y suis né ! Je suis membre du Team Vulco Vaulx-en-Velin Mavic depuis 2015, et je fais environ vingt-cinq mille kilomètres de vélo par an.  Avec ma copine, j’habite à Sorbiers, un petit village perché près de Saint-Etienne, ce qui m’oblige à escalader une cote de 1,5km à la fin de chaque entrainement… Je n’ai pas d’enfant mais j’ai un petit chat »

 

STAYER-FR : « Présentes-nous un peu François Lamiraud, sa vie avant le vélo, comment il a attrapé le virus de la bicyclette : environnement familial, révélation subite, coureurs qu’on sème sans s’en rendre compte lors de sa première sortie en groupe (cocher la case correspondante) … ? »    

 

F.L : « Mon père était sportif (marathon) et j’ai toujours fait du sport. Je jouais aussi depuis tout petit du piano, et j’étais plutôt doué. Mais à l’adolescence,  j’ai fait le choix du vélo. Pour dire vrai, c’est en allant regarder une étape du Tour de France contre-la-montre sur le bord de la route que j’ai « chopé » le virus … C’était tellement beau et impressionnant ! A mes débuts, j’ai eu la chance d’être formé dans un club (Vineuil Sports dans le Loir-et-Cher) où j’ai appris les bases du vélo et touché un peu à tout : cyclo-cross, route, piste et footing l’hiver »

« J’ai progressé petit à petit, mais en minime je faisais une tête de moins que ceux qui avaient déjà de la moustache … C’est en junior que j’ai commencé à avoir des résultats probants »

 

 

STAYER-FR : « Il est question paraît-il d’un certain record de l’heure auquel tu comptes t’attaquer. Racontes un peu (beaucoup) pour Stayer-Fr comment et depuis quand l’idée t’en est venue, et pourquoi ce projet est devenu pour toi comme une priorité ? »

 

F.L : « L’idée germe en moi depuis cinq-six ans. A l’époque, avec mon ami Michel Meunier, nous avions évoqué le Record Rhône-Alpes. Puis il y a trois ans, alors que le règlement demandait toujours de courir avec un cintre traditionnel, je me le suis mis réellement en tête. J’ai commencé à chercher du matériel, à réfléchir sur la fabrication d’un vélo traditionnel sur-mesure en titane, à lire des articles sur les chiffres … Puis, la saison dernière, j’ai décidé de me lancer, et ce, avec l’aide de Mr Jean-Pierre Evrard, qui permet en grande partie de financer le projet. Il faut savoir que tout est à ma charge, et que le budget est énorme. Depuis le mois de novembre dernier, je ne vis que pour cela. Je pense record de l’heure jour et nuit. Quand je monte sur mon vélo, c’est pour réussir cette belle aventure. Je vis des moments fantastiques, je découvre des choses, j’aime ce que je fais »

 

 

STAYER-FR : « Et le prix de cette petite folie ? » (en même temps, je vous présente l'engin ...)

 

F LAMIRAUD FullSizeRender - Copie.jpg

 

F.L : « 25 000€. Le partenaire principal est Mr Jean-Pierre Evrard, de la société EUROPÉENNE DE LOCATION TP, à Maisons-Alfort. J’en profite pour remercier tous les partenaires financiers et matériels qui me soutiennent. Et puis une cagnotte est sur internet, pour finir de boucler le budget.  (si le cœur vous en dit, il manque encore de l'argent, dur dur … https://www.leetchi.com/Cagnotte/2606523/67b0d34d

 

STAYER-FR : « Que penses-tu du changement de règlementation de l’U.C.I ? Tu aurais tenté ce record si le règlement était resté inchangé ? »

 

F.L : « Je pense sincèrement que c’est une bonne chose que le règlement ait changé dans ce sens. Maintenant, il s’agit de le conserver ainsi pour pouvoir comparer les performances futures. Je m’étais préparé psychologiquement à tenter le record avec l’ancien règlement mais je suis plutôt content que les prolongateurs  de guidon soient de nouveau autorisés. Ca sera moins éprouvant au niveau posture »

 

François Lamiraud Action _ Copyright Yves Perret Médias - Copie.jpg

 

STAYER-FR : « Roger Rivière, ça évoque quoi pour toi ? Ses performances, qui semblent si dérisoires lorsqu’on les compare aux dernière marques du record,  elles t’apparaissent comment, toi qui va vivre une aventure identique à la sienne plus de cinquante années après ses marques mythiques ? »

 

F.L : « J’ai un énorme respect pour Roger Rivière. Je viens de terminer la lecture d’un livre qui retrace sa carrière, achevée malheureusement trop tôt. Roger était un phénomène, et sans sa grave chute dans la descente du col de Perjuret, il aurait pu gagner au moins un Tour de France. Il gagnait des c.l.m face à Anquetil, des étapes  en ligne au Tour de France et d’Espagne. C’était la classe à l’état pur ! C’est pourquoi je m’attaque à ce record avec beaucoup d’humilité. Et je sais que cela va être d’une extrême souffrance »

«  Quand je parle de Roger Rivière aux stéphanois, j’ai l’impression qu’il est encore vivant, tellement son aura y est grande. 47,346 dans l’heure peut paraître dérisoire par rapport aux dernières performances établies. Mais on ne trouve pas à chaque coin de rue un cycliste capable de rouler à 48km/h pendant une heure. Cela demande une préparation minutieuse, autant physique, technique, tactique et psychologique. J’ai travaillé tous les détails pour arriver au top le Jour J »

 

STAYER- FR : « Tu peux dérouler pour nos visiteurs le nom des différents clubs pour lesquels tu as couru jusqu’à ce jour ? »

 

F.L : « En sortant des juniors, j’ai couru pour le Blois Cac 41, de 2002 à 2004. Ensuite pour l’ECSEL (2005), CR4C Roanne (2006-2008), VC Caladois (2009), Blois Cac 41 (2010), CR4C Roanne (2011-2012), Team Pro Immo (2013-2014) avant d’arriver au Team Vulco pour 2015 ! J’aime me lancer de nouveaux défis, ce qui explique que j’ai souvent changé d’équipe »

 

 

STAYER-FR : « Dans la foulée, tu peux nous faire, comme ça, au débotté, une petite synthèse de ton palmarès sur route et sur piste ? »

 

F.L : « Sur la piste j’ai remporté quatorze médailles aux championnats de France piste, dont un titre de champion de France de course aux points (2005), une coupe de France d’américaine (2006), terminé quatrième des championnats d’Europe d’omnium (2009)… J’ai porté le maillot de l’équipe de France entre 2005 et 2009.

 

F LAMIRAUD MP Photo1239.jpg

 Derrière une " vraie" moto d'entraînement

 

Sur la route, mes plus beaux succès sont ceux remportés au Tour du Loir-et-Cher, les G.P St Etienne, G.P Vougy, G.P Flandres Françaises, Tour du Cantons de St Ciers, des étapes au Tour du Loiret et au Circuit de Saône-et-Loire … Je compte environ cent-quarante victoires à ce jour »

 

STAYER-FR : « Ton activité cycliste, actuellement, c’est moitié-route / moitié-piste ou je me trompe ? Et si oui, avec quelles ambitions ? »

 

F.L : « En signant au Team Vulco, j’ai la chance que la piste soit vraiment considérée. Cette année est forcément particulière avec la préparation de ce record de l’heure. J’ai fait énormément de piste cet hiver, et mon programme de courses sur route est aménagé en ce début de saison, avec la complicité de mon d.s Régis Auclair.

Mais en général, je fais 70%  route et 30 % piste dans la saison. Il y a malheureusement peu de courses sur la piste, même si en Rhône-Alpes on a de la chance, avec les organisations de Michel Meunier qui nous concocte de jolis programmes où l’on fait des kilomètres dans la journée … »

« La piste est ludique, et pour moi ça change de la routine de la route. Et puis ça m’apporte énormément pour les efforts sur route. Les années sans pratiquer la piste sont moins rentables en terme de performance routière. C’est flagrant ! »

 

 

STAYER-FR : « Et le demi-fond, ça t’as pris comment ? Qui est   le responsable de cette folie ? »

 

F.L : «  Je dois cela à Marc Pacheco, qui m’encourageait à en faire. Après un ou deux essais à Lyon avec lui, nous sommes allés faire deuxième au Championnat de France en 2006. C’est vraiment très dur comme discipline, peut-être même la plus dure ! J’ai refait second en 2010. J’aime bien cet effort, mais je regrette de ne pouvoir m’y préparer consciencieusement. C’est dur de tout concilier sur mon calendrier »

 

F LAMIRAUD MP  Francois-Lamiraud-et-Marc-Pacheco.jpg

 

STAYER-FR : « Je sais ce que tu penses du demi-fond, tu l’as remarquablement développé sur ton site internet. Mais as-tu fait le plein de souvenirs et de sensations avec cette spécialité du cyclisme ? »

 

F.L : Les sensations sont extra-ordinaires, car on va vite et c’est grisant. Mais je retiens surtout qu’il faut être fort dans la tête pour ne pas craquer… »

 

STAYER-FR : « Tes meilleurs souvenirs  en demi-fond ou derrière derny ? »

 

F.L : « Lors d’une course à Chécy (dans le Loiret) avec Marc sous la pluie, où il prenait les virages comme un fou … et j’étais bien obligé de le suivre ! Sinon j’adore m’entraîner derrière derny avec Michel Meunier. Ca bonifie l’entraînement et le coup de pédale s’en ressent les jours suivants »

 

F LAMIRAUD IMG_8533.JPG

 Derrière une "fausse" moto d'entraînement

 

STAYER-FR : « Tu le vois comment l’avenir de la spécialité, s’il en a un ? »

 

F.L : « Le problème est que le demi-fond attire peu de coureurs. Il y a la qualité par contre, et c’est bien, mais il manque un renouvellement, et de l’émulation. Un routier dans un équipe de D.N.1 aura du mal à concilier le programme route et demi-fond car il court déjà tous les week-ends, qui plus est loin de chez lui. Si la volonté est d’avoir les meilleurs routiers, il faut harmoniser les calendriers et aussi que les programmes de courses soient conséquents, et sans vague … »

 

STAYER- FR : « Entre nous, tu ne crois pas qu’un titre de champion de France ferait riche sur  ton palmarès, par exemple une ligne en dessous de ton record de l’heure ? (pousse-au-crime, le gars … ) »

 

F.L : « Ca fait rêver, c’est sûr. J’ai connu les honneurs du maillot tricolore en 2005, celui du demi-fond doit être génial à aller chercher. Mais je suis tombé sur plus forts que moi pour l’instant … »

 

STAYER- FR : « Il fait quoi François Lamiraud, quand il n’est pas sur le vélo ? »

 

F.L : «  Je suis toujours occupé, je n’aime pas rester sans rien faire. Ainsi, j’ai toujours travaillé à côté du vélo. Cela fait quatre années que je gère ma société de vente de matériel de vélo haut de gamme sur le net (www.velopuissance.com). J’aime mon métier, et je le développerai encore plus quand je mettrai le vélo en sourdine. Mais je suis coureur encore pour quelques temps … »

 

 

P.S : n'hésitez pas à soutenir Jean-François dans sa tentative, et rendez-vous sur son site : http://francois-lamiraud.blogg.org

 

F LAMIRAUD IMG_8449.JPG

 

 

Patrick Police

A SIGNATURE BOOK NLLE EDITION - Copie - Copie.jpg
A SIGNATURE LA COUVERTURE Couverture Image (2) - W Copie 1 - Copie - Copie - Copie - Copie.jpg

Chilly-Mazarin, le 28 Mars 2015

 

 

.



28/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres