STAYER -FR : Le blog 100 % demi-fond et derny

STAYER -FR :  Le blog 100 % demi-fond et  derny

LES REPORTAGES DES CHAMPIONNATS D'EUROPE


Championnat d'Europe de demi-fond à Nuremberg

Nuremberg 2013 : un championnat d’Europe qui fait date

 

Jusqu’à ce samedi 24 Août, la participation de stayers français à un tournoi européen relevait ou bien de la courtoisie de l’organisation,  ou de son désir "d’internationaliser" la ligne de départ.

 

Deux tours de qualification et une petit finale en bas de tableau la plupart                du temps, puis c’était  retour morose assuré à la maison,  trois petites courses     et puis s’en vont, avec la pénible impression d’avoir fait nombre …

 

Ces vendredi et samedi d’Août marqueront un tournant, car désormais                  on regardera les stayers français d’un autre œil lorsqu’ils se rendront                    sur une ligne de départ, et ça, ça change beaucoup de choses …

 

Ce qu’Antoine Gaudillat, Benoît Daeninck et Emilien Clère ont réussi en ces deux journées, c’est rien moins  gagner la considération et le respect de leurs adversaires d’outre-Rhin et d’ailleurs , mais aussi du petit monde du demi-fond.   Et ça, mine de rien, c’était un sacré challenge ! Aussi, profitons-en pour rendre hommage à la foi et l’opiniâtreté de ceux, coureurs et entraîneurs, qui ont su insister, insister toujours, jusqu’à ces deux journées de Nuremberg qui auront été le  théâtre de la renaissance tricolore. 

 

_D300s0387.jpg
photo www2eight.de 

 

Allemands et Suisses avaient la faveur des pronostics, et ce n’est pas en voyant tourner à l’échauffement sur l’anneau un Mario Birrer à plus de cent kilomètres / heure,  ou dérouler  plein gaz les grands gabarits allemands qu’on risquait  de changer d’opinion.

 

Dans la première  qualification, les Français Gaudillat et Daeninck se heurtent vite  à un mur helvético-allemand, composé de Guiseppe Atzeni  d’une part, et de Marcel Barth et Florian Fernow d’autre part, rien que ça.

 


_DSC0385_crop.jpg
 

 photo www2eight.de

 

Dans cette manche ultra-rapide (71,86 Km/h de moyenne), Alain Gaudillat déjouera tous les pièges, profitant des dépassements des ténors pour amener Antoine Gaudillat à la qualificative première place, place qu’il faudra défendre une fois la ligne d’arrivée franchie, tant ça discutera et réclamera, côté entraîneurs allemands, pas habitués à voir des français à pareille place ! Après une exaspérante attente, le verdict des commissaires tombait enfin, comme un augure favorable : Antoine Gaudillat, quatrième, qualifié pour la finale ! Déception pour Benoît Daeninck, sixième qui a payé cash les remous du premier quart d’heure. Mais le champion de France ne va pas tarder à se consoler.

 

La deuxième qualification aura le mérite de dégager les Suisses Maag et Birrer   du lot, et de les faire apparaître comme les épouvantails du lendemain, catégorie à laquelle émarge volontiers le Hollandais Matthé Pronk, aux accélérations  monstrueuses. Emilien Clère, pas bien dans l’évènement, ne peut faire mieux que sixième (il finit cinquième en réalité de cette manche, et comme par miracle,      un décalage d’une place  dans le classement officiel !) Lui aussi est avide de revanche : on se reverra en petite finale.

 

Pour  cette dernière, courue le lendemain après avant la « grande », because météo menaçante, ce sera feu d’artifice ! Les spectateurs, d’abord interdits, puis enthousiastes, n’auront vu pendant une demi-heure que du bleu ! Et la formidable audience de vibrer au départ ébouriffant d’un Emilien Clère rageur, partant de la troisième position pour manger la  « pole », et mener la ronde en folie jusqu’à ce qu’à quarante tours de la fin   Benoît Daeninck viennent lui ravir le commandement pour ne plus le lâcher jusqu’à l’arrivée. Dans les gradins,          et aussi sur les bords de la piste, on n’est pas prêt d’oublier le magnifique « un    et deux » des français, qui ont emballé un public allemand qui a salué d’une interminable ovation leur prestation, Emilen Clère décrochant la palme                    à l’applaudimètre.

 

_DSC2316.jpg
  photo www2eight.de

 

La finale … d’habitude, c’est le terminus des ambitions tricolores. Mais là,               le terminus s’est fait attendre, et il n'est pas question de s'en plaindre !  Car à la mi-course, l’équipage Gaudillat  croisait encore dans le tour des premiers, à 80-85 compteur, le stayer français tricotant sans faiblir jamais un judicieux 66 x 14 (contre les 67 voire 68 x 14 des autres finalistes). Pourtant, ébrécher le muret défensif érigé par les allemands Retschke et Barth, en protection rapprochée       de Florian Fernow, ça faisait tout de même un peu beaucoup, le genre « mission impossible ». D’autant que Marcel Barth, dans le rôle du portier, fermait hermétiquement le passage à qui tentait de se dédoubler. Ne restait donc            au candidat au dépassement que l’option « filer l’homme de tête ». Aussi, quand l’interminable Fernow arriva sur le râble du tandem français, Alain Gaudillat  avec une rouerie byzantine, le prendra à la volée en filature, empêchant par là même toute manœuvre dilatoire de la part du cerbère du jour. Sur ces entrefaites, les deux compères se seront « farcis » le « malabar » Pronk et l’épouvantail Maag. Excusez du peu. « Respect » comme aurait pu le dire Otis Redding.

 

A un quart d’heure de la fin d’une course menée sur les chapeaux de roues par les duos Fernow / Retschke et Birrer/ Atzeni, nos deux représentants ne sont qu’a deux tours de retard de l’homme de tête. Ils n’ont plus qu’à négocier au mieux la fin de course, pour éviter le fatidique sixième tour de retard, celui qui vous fait disparaître du classement. Mission périlleuse, car devant Florian Fernow et Mario Birrer s’envoient de sévères secousses, au terme desquelles le Suisse aura le dernier mot ( moyenne : 72,72 Km/h sur l’heure).  

 

 _D300s0686.jpg
photo www2eight.de

 

Derrière, Gaudillat-Gaudillat, englués  dans la tenaille allemande, arrivent à bon port, ponctuant de la meilleure façon cette embellie tricolore ...

 

Respect, vous dis-je ...

 

Patrick Police

Septembre 2013

 

cliquez sur le lien pour voir un résumé de la course :

http://www.br.de/fernsehen/bayerisches-fernsehen/sendungen/sport-in-bayern/radsport-em-steher-nuernberg-100.html


27/08/2013
4 Poster un commentaire

LE CHAMPIONNAT D'EUROPE DE DEMI-FOND 2016 AU VELODROME NATIONAL

 STEFAN SCHAFER ET FRANZ SCHIEWER

LES DEUX AS DU JEU ALLEMAND 

 

IMG_3821 site  schafer le destructif B.jpg

 

 

Mercredi 19 Octobre 2016. Etranges, ces manches qualificatives disputées en huis-clos, en amont de la cérémonie d'ouverture ... Elles rajoutent  ainsi à l'atmosphère toujours particulière à ce genre d'exercice.

 

Pour l'équipe de France, qui aligne trois coureurs,  le jeu consiste pour Emilien Clère, Antoine Gaudillat et Benoît Daeninck, dans ces manches disputées à sept, à entrer à minima dans la peau d'un troisième et/ ou d'un quatrième - ou plus si affinités - dans leur manche respective pour atteindre à la finale rêvée. Mais ça, c'est sur le papier.

 

Et cela dépend sur lequel (papier). Si c'est celui donnant la liste des partants de la première série, Antoine Gaudillat et Benoît Daeninck  peuvent envisager la chose sans trop d'appréhension : derrière le Hollandais Kos, sorte de Prince Charmant des tourneurs sur bois, chacun a le droit de  se hasarder dans les convoitises.

 

Le plus rapide à s'asseoir sur la quatrième chaise disponible de cette première manche qualificative sera d'ailleurs Antoine Gaudillat, qui réussira là, derrière l'intouchable Patrick Kos, l'impressionnant Allemand Schiewer et l'inoxydable vétéran helvétique Peter Joerg, ce pourquoi il était venu. La déception est donc trouvée du côté de l'autre Français sélectionné, Benoît Daeninck, qui est passé à côté de son sujet, because un départ trop rapide, visiblement.

 

Dans la seconde manche par contre, les noms qui font peur se comptent jusqu'à quatre et plus : les épouvantails mystérieux que sont les Allemands Schafer et Steger, le Suisse Atzeni, les Hollandais Kaldenbach et Groen, l'Italien Cazzaro, qui avait sorti Emilien  Clère du jeu aux championnats d'Europe 2014.  Compte tenu de ce qui précède, c'est un  champion de France pas plus confiant que cela - et un peu moins encore -  qui vient prendre rang sur la ligne de départ, probablement après une nuit peuplée de cauchemars éliminationesques.

 

Comme quoi il avait tort, il enlèvera haut la main sa manche qualificative ! Parti en pole-position il saura la conserver  la course durant, avec sur ses reins le Suisse Guiseppe Atzeni, l'Allemand Schafer - dissimulateur comme c'est pas permis -, et l'autre Allemand, Thomas Steger, que je verrais bien jouer un rôle de portier dans la finale à venir, allez savoir pourquoi, mais je dois avoir l'esprit mal tourné  ....

 

1ère Manche :

1. Patrick Kos - entr. Wilhem Fack (HOL) - les 30 kms en 28'27''

2. Franz Schiewer - entr. Gerard Gessler (ALL)

3. Peter Joerg - entr. Thomas Baur (SUI)

4. Antoine Gaudillat - entr. Alain Gaudillat (FRA)

5. Michael Alborn - entr. Dino Rey (SUI)

6. Matts Gittins - Thomas Schumacher (G-B - ALL)

7. Benoît Daeninck - André Deraet (FRA-BEL)

 

 

2ème Manche : 

1. Emilien Clère - François Toscano FRA) - les 30 kms en 28'04'' 

2.Guiseppe Atzeni - entr. René Aebi  (SUI) 

3. Stefan Schafer - entr. Peter Bauerlein (ALL) 

4. Thomas Steger - entr. Thomas Ruder  (ALL) 

5. Manuel Cazzaro - entr. Christian Dagnoni  (ITA) 

6. Dex Groen - entr. Sam Mooij (HOL)   

7. Jeroen Kaldenbach - entr. Patrick Besteman (HOL)  

 

La "petite finale" résonnera comme une "grande revanche" pour l'Italien Cazzaro, qui, après un départ atomique,  ne laissera sur ses talons que le seul stayer suisse Michael Alborn,  lequel, spectaculaire et accrocheur en diable, restait  encore  en droit de croire en toutes ses chances, jusqu'à ce que le bris d'un sabot de la moto de son entraîneur Dino Rey l'obligea à un second départ. Une fois le changement de moto effectué dans les règles, le synmpathique coureur suisse et son aimable entraîneur auront beau se remettre de tout leur cœur à l'ouvrage, ils ne reverront plus l'homme de tête, dépassés même sur ces entrefaites par le bien discret hollandais Kaldenbach.

L'Italien Cazzaro remporte donc haut la main cette finale des "9 à 14". Mais pauvre Cazzaro : il n'aura droit ni à l'attention du public, ni à celle du speaker, tous deux occupés à célébrer la retraite de notre cher Benoît Daeninck, qui tire ce soir-là sa révérence avec force émotion et élégance.

Reste que c'est bien l'équipage Cazzaro/Dagnoni qui a dominé cette finale, et qu'il est justice de le célébrer ici à travers ces lignes, puisque cela n'a pas été fait dans l'enceinte du vélodrome.

 

FINALE DES 9èmes à 14èmes

 

1. Manuel Cazzaro - entr. Christian Dagnoni  (ITA) - les 30 kms en 28'39

2. Jeroen Kaldenbach - entr. Patrick Besteman (HOL)

3. Michael Alborn - entr. Dino Rey (SUI) - à 1 t

4. Benoît Daeninck - André Deraet (FRA-BEL) - à 2 t

5. Dex Groen - entr. Sam Mooij HOL) - à 4 t

6. Matts Gittins - Thomas Schumacher (G-B - ALL) - à 6 t

 

IMG_3689.JPG

 

Quand l'heure de la finale sonne, et Dieu sait qu'elle tardera à sonner,  compte tenu des minauderies, exigences et griefs de certains entraîneurs étrangers répugnant visiblement à l'utilisation de nos Yamaha (eh oui, il y a des habitudes (manies ?) difficiles à changer parfois), personne sur la piste, à l'intérieur ou dans les gradins, ne peut prétendre être en mesure d'anticiper le scénario à venir. Tant ce à quoi nous allons assister dans les dix premières minutes de la course relèvera de l'émotionnant, du surprenant, voire du bouleversifiant (merci Didier Bourdon, depuis le temps que je rêvais de le placer !  ) ... 

 

Revenons sur la ligne de départ. Vigoureusement lancé par son teneur, notre Antoine Gaudillat national a choisi d'abattre la carte "départ rapide". Dont acte. Oui, mais il lui aurait fallu tirer la carte "départ-canon" en l'occurence, car ne vont pas tarder à lui débouler dessus deux obus, les Allemands Schafer et Steger, qui ont choisi délibérément le coup de force, façon abordage. Schafer, déboulant de sa troisième position sur la grille  de départ apparaît tout à fait surpuissant, et ne tarde pas à  prendre un demi-tour, façon dragster,  à un peloton sous le choc. A distance, s'accrochent, sans y jeter leurs dernières forces, son compatriote Steger, à qui je soupçonne des arrières-pensée de "portier" à venir,   et nos deux Français - gros cœurs et têtes froides -, qui sont loin de se noyer lors de cette phase hautement explosive. Pendant ce temps, je relève que le phénomène hollandais Patrick Kos, une fois amorti les effets de ce tsunami, s'est engagé dans une phase d'accélération assez affolante. Au cours d'icelle, il va "oublier" en coup de vent Antoine Gaudillat, puis Emilien Clère, avant de tomber sur le râble de ... Steger, qui, comme par hasard, tente alors, dans l'affolement,  une résistance forcenée. Mais la secousse imprimée par le champion hollandais a été tellement violente que  tout ce qui se trouvait sur le passage de la moto de l'interminable Wilhem Fack a été littéralement chahuté. L'Allemand est "pendu". Kos est littéralement allongé sur sa machine.  Le public retient son souffle,  chaviré. Mais, dans cette hallucinante séquence de sur-vitesse,  Gulliver-Fack a eu la main un peu lourde, et a "allongé" son coureur jusqu'à le faire exploser, puis l'oublier carrément. Clameur dans les tribunes. Rage froide sur la piste : Patrick Kos ne va pas attendre que son entraîneur ait cessé sa séquence Valentino Rossi : en moins de temps qu'il n'en faut à STAYER FR  pour vous faire un reportage sur les France de demi-fond, il rend son tablier ! Notre homme, tout à fait déterminé à quitter la ronde infernale, regagne fissa les stands, tout en entêtement mutique, ivre de colère contenue.  Dès lors, il n'y aura plus de course. Enfin, plus celle, passionnante, qui s'annonçait.

 

Dommage, j'avais connu le beau et talentueux Patrick (ils sont souvent comme ça, vous le remarquerez)  plus pugnace. Les jambes en cause ? Peut-être. La tête ? Sûrement. Et puisque je suis lancé dans la psychologie de bazar, j'ai l'intuition, confirmée d'ailleurs par son entourage, qu'il ne fallait pas grand-chose en ce début de semaine pour contrarier le champion batave (quand on veut éviter de répéter le mot "hollandais", on se sert fatalement du mot "batave", çela ne vous aura pas échappé.) A te revoir de toutes façons, garçon, car le demi-fond européen ne peut pas se passer trop longtemps d'un talent tel que le tien.

 

IMG_3809 kos en missile.JPG

 

Le marteau-pilon germanique a donc écrasé la course. Une fois la fumée de cette furieuse entame dissipée, émergent des décombres un Stefan Schafer toujours monstrueux d'abattage, et, un demi-tour plus loin, son compatriote Franz Schiewer, évoluant à un rythme de croisière tonitruant. Lui, c'est l'archétype du stayer. Il possède tout en magasin : souplesse, puissance, élégance, rendement, résistance, capacité d'accélération, et j'en passe ... Derrière ces deux "monstres" ? Eh bien, c'est un peu "chacun sa peau". D'ailleurs, encore quelques tours à ce régime, et elle ne vaudra plus bien cher, la  peau de stayer. Bientôt, l'ex-champion d'Europe Guiseppe Atzeni n'en finira plus de compter les Schafer et Schiewer qui passent. Encore quelques tours, et il luttera pour ne pas subir le rapproché de son compatriote Joerg - l'inaltérable, l'inoxydable Joerg ! -, et d'un Emilien Clère conduisant sa course à la perfection. Lorsque Thomas "portier" Steger, vidé de ses forces, quittera la piste, le temps commencera à paraître bien long à tous les  protagonistes. Beaucoup d'entre eux aimeraient bien alors pouvoir camper sur les positions acquises.

 

Pour les deux rouleaux-compresseur  Schafer et Schiewer, tout a l'air de se dérouler sans problèmes apparents. Mais pour Atzeni, c'est une autre paire de manches, et il ne tarde pas à décliner nettement au fil des tours. D'ailleurs, aux quatre coins de la piste, ça couine, ça "crampouille" (j'aime bien), ça grimace ... Quelques instants auparavant, Antoine Gaudillat avait mis la flèche, non sans avoir épuisé tout son capital-souffrance, jusqu'au malaise ... Sur ce chapitre, d'ailleurs, on peut relever que, même à l'étage du dessus, on n'est plus trop à la fête. Certaines séquences de danseuse Schaferienne, ou les rictus explicites de Schiewer, "le stayer aux mains nues", le démontrent à l'envie. Il est vraiment temps que la course se termine. Pour Atzeni notamment, car  Emilien Clère, en flirt permanent avec la position Obree et batailleur en diable, a doublé au cours de toutes ces péripéties Peter Joerg, avant de se faire dépasser à son tour par ce dernier. Et ce faisant, consécutivement à ces phases d'accélération, notre champion de France s'est libéré peu à peu de la surveillance rapprochée que lui infligeait jusqu'ici l'ex-champion d'Europe. Inexorablement, la distance qui les sépare va alors se réduire comme peau de chagrin, et l' on se prend dans les tribunes à rêver d'un podium. Mais malgré le forcing final du champion de France, celui-ci ne sera pas au rendez-vous.

 

Ce championnat d'Europe s'est achevé sur un triomphe romain : celui du team allemand, œuvre parfaite des deux stayers haut de gamme que sont dans l'ordre Stefan Schafer et Franz Schiewer. 

 

IMG_4002 B.JPG

Des coureurs de ce calibre, on demande à les revoir, en France et ailleurs. De préférence avec, à leurs côtés, un Patrick Kos des grands jours - il faudra ça -, accompagné d'un entraîneur moins étourdi, et notre homme armé d'un moral plus affermi. Et alors là, croyez-moi, la chose vaudra le déplacement. Une petite touche de mélancolie, tout de même, avec cette cinquième place attribuée à l'équipage Toscano/Clère, que l'on aurait tant aimé voir quatrième. Après vérification, la place de cinquième a été confirmée par le jury des commissaires. Dont acte, et que cela ne nous prive pas de célébrer comme il se doit la superbe prestation de nos stayers et entraîneurs.

 

Un championnat d'Europe de demi-fond organisé sur notre sol pour la première fois depuis soixante-trois années,  une série qualificative remportée par un Français, une finale avec deux coureurs tricolores : décidemment, on peut affirmer  après cette édition, historique à plus d'un titre, que 2016 aura été un sacré millésime pour le demi-fond français.

 

FINALE :

1. Stefan Schafer - entr. Peter Bauerlein (ALL)

2. Franz Schiewer - entr. Gehrard Gessler (ALL)

3. Guiseppe Atzeni  - entr. René Aebi - à 8 t (SUI)

4. Peter Joerg - entr. Thomas Baur - à 10 t (SUI)

5. Emilien Clère - entr. François Toscano - à 10 t (FRA)

Abandons : Patrick Kos -entr. Wilhem Fack (P-B) / Thomas Steger -entr. Thomas Ruder (ALL) / Antoine Gaudillat - entr. Alain Gaudillat (FRA)


 

 

Pacer Décisif

Les 20 et 28 Octobre 2016  

 

De retour du vélodrome, les dernières nouvelles avant la veillée d'armes. Une journée éprouvante pour les nerfs des hôtes, compte tenu des exigences un peu surjouées  de certaine équipe participante, de l'enjeu  aussi (l'avenir du demi-fond français), et enfin de la tension inhérente à un évènement de ce calibre.   

 

Un pronostic ? Patrick Kos, le Néerlandais, ne devrait pas trouver son maître sur ce type de piste. Derrière lui, il y a de la place pour ... un ou deux français je l'espère, etil n'y a aucune raison de ne pas le croire, après le niveau de notre championnat national.  

 

Alors Emilien, Antoine, Benoît, c'est demain à vous de jouer,, et de croire à fond dans vos chances, tout en choisissant bien vos cartouches ...  

 

Les séries de demain sont les suivantes : (hélas elles se dérouleront à huis clos)

 

 

 

1ère Manche  

Benoît Daeninck (FRA) - entr. André Deraet (BEL) 

Antoine Gaudillat - entr. Alain Gaudillat (FRA) 

Gehrard Gessler - entr. Franz Schiewer (ALL) 

Matts Gittins - (G-B) 

Patrick Kos - entr. Wilhem Fack (P-B) 

Michael Alborn (SUI)  

Peter Joerg (SUI)

 

 

2è Manche  

Emilien Clère - entr. François Toscano (FRA) 

Stefan Schafer - entr. Peter Bauerlein (ALL) 

Thomas Steger - entr. Thomas Ruder (ALL) 

Manuel Cazzaro - entr. Christian Dagnoni (ITA) 

Jeroen Kaldenbach - entr. Patrick Besteman (P-B) 

Dex Groen - entr. Sam Mooij (P-B)Guiseppe Atzeni - entr. René Aebi (SUI)  

 

 

 

 

 Saint-Quentin-en-Yvelines, le 18 Octobre 2016 - nuit

 

 

A SIGNATURE BOOK NLLE EDITION - Copie - Copie.jpg A SIGNATURE LA COUVERTURE Couverture Image (2) - W Copie 1 - Copie - Copie - Copie - Copie.jpg

 


 

PREPARATION AU CHAMPIONNAT D'EUROPE :

ATELIER DES 15 ET 16 OCTOBRE 2016

 

ce 19 oct 2016 PROPRE I IMG_3108.JPG 

 

Deux journées de travail intense pour préparer au mieux le championnat d'Europe, placées sous le signe du sérieux, de l'efficacité, et de la camaraderie. Une belle expérience, assurément, et qui donne envie de s'impliquer toujours davantage dans l'aventure.

 

Merci pour ces deux journées passées parmi vous, la "drime time" du demi-fond

(dans l'ordre alphabétique, pour ne froisser personne) :

Michel Filiatre,

Romuald Foucher,

Alain Gaudillat - coup de chapeau en passant au Président-mécano en chef -,

Antoine Gaudillat - pour la logistique -

Loïc Guilbaud, 

Marc Pacheco - l'homme aux blagues à toutes épreuves -

  François Toscano,

et en guest-star, le polisheur anonyme, "polish-man".

 


 

Le 17 Octobre 2016

Patrick Polish (Eh oui, ça devait finir comme ça ...)

A SIGNATURE BOOK NLLE EDITION - Copie - Copie.jpg A SIGNATURE LA COUVERTURE Couverture Image (2) - W Copie 1 - Copie - Copie - Copie - Copie.jpg

 

 


 


20/10/2016
7 Poster un commentaire

LES CHAMPIONNATS D'EUROPE DE DEMI-FOND 2014 - LES RESULTATS

Trois coureurs pour y représenter la France : Antoine Gaudilllat,

le brillant finaliste de l'édition 2013, qui sera accompagné d'Emilen Clère, piloté par son fidèle Fraçois Toscano, et le comingmen Guillaume Brasseur

 

Ils auront pour mission de faire aussi bien que l'an dernier, et ce sera déjà un sacré challenge compte tenu du peu de compétitions de demi-fond cette saison en France.

Tous nos vœux de réussite  les accompagnent.

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Nos vœux n'ont pas suffi, mais c'est loin d'être un bilan catastrophique, avec, pour la deuxième année consécutive, la qualification pour la finale d'Antoine Gaudillat, qui recule de deux crans par rapport à 2013, mais  devant l'insuffisance de temps de course derrière motos cette saison, cela reste encourageant. Emilien CLERE a loupé de très peu - une misère de secondes - l'accès à la finale. Le Suisse Mario BIRRER devient pour la seconde fois consécutive champion d' Europe.

 

§§§§§§§§§§

 

 

CLASSEMENT  des Qualifications 

 

 

 

1. Robert RETSCHKE (GER) - entr. Holger EHNERT

2. Guiseppe ATZENI (SUI)  - entr. André DIPPEL

3. Patrick KOS (P-B) - entr. Willem FACK

4.  Manuel CAZARRO (ITA) - entr. Christian DAGNONI - à 3 t

5. Emilien CLERE (FRA) - entr. François TOSCANO - à 3 t

6. Peter JORG (SUI) - entr. René AEBI -  à 4 t

7. Dex GROEN (P-B) - entr. Sam MOOIJ - à 5 t

 8. Edwin SMEULDERS (BEL) - entr. Raymond Persyn - à 6 t

9. James NOTLEY (GBR) - entr. Ralph SCHUMACHER - à 7 t

 

1. Mario BIRRER (SUI) - entr. Helmut BAUER

2. Stefan SCHAFER (GER) - entr. Peter BAUERLEIN

3.  Thomas STAGER (GER) -  entr. Thomas RUDER - à 2 t

4. Christian KOS (P-B) - René KOS - à 3 t

5. Antoine GAUDILLAT (FRA) - entr. Alain GAUDILLAT - à 4 t

6. Michael ALBORN (SUI) - entr. Dino REY - à 5 t

7. Andreas MULLER (AUT) - entr. Heinz SPIELMAN - à 6 t

8. James HOLLAND-LEADER (BGR) -  entr. Uwe SMIT - à 7 t

9. Guillaume BRASSEUR (FRA) - entr. Christian DIPPEL - à 8 t

 

 

 

 

 

CLASSEMENT  de la Finale - sur 69.2 kms

1. Mario BIRRER (SUI) - entr. Helmut BAUER

2. Stefan SCHAFER (GER) - entr. Peter BAUERLEIN

3. Patrick KOS (P-B) - entr. Willem FACK

4. Guiseppe ATZENI (SUI)  - entr. André DIPPEL - à 1 t

5. Robert RETSCHKE (GER) - entr. Holger EHNERT - à 2 t

6. Thomas STAGER (GER) -  entr. Thomas RUDER - à 4 t

7. Manuel CAZARRO (ITA) - entr. Christian DAGNONI - à 6 t

8. Antoine GAUDILLAT (FRA) - entr. Alain GAUDILLAT  à 11 t

9. Christian KOS (P-B) - René KOS

 

 

 


 




26/08/2014
0 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :
Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser