STAYER -FR : Le blog 100 % demi-fond et derny

STAYER -FR :  Le blog 100 % demi-fond et  derny

ANNONCES, BONNES AFFAIRES & ADRESSES POUR LES FONDUS DE DERNY ET DE DEMI-FOND


STAYER FR VOUS RECOMMANDE : MON HEURE DE GLOIRE DE FRANCOIS LAMIRAUD

FRANCOIS LAMIRAUD : SON HEURE DE GLOIRE

 

 

 

Il vient de me dépasser au hit-parade des ventes du catalogue des Editions de Phénicie. Franchement, je devrais lui en vouloir sur ce coup-là, mais voilà, on sait être fair-play chez STAYER FR.  Par conséquent, c'est bien volontiers que je vous recommande la lecture de l’ouvrage de l'ami François Lamiraud, pur-sang des Editions de Phénicie,  cette écurie stéphanoise qui compte dans ses boxes une dream-team d'écrivains de grand talent (vous ne saviez pas ?...) courant aux couleurs de leur propriétaire éclairé,  l'excellent et néanmoins éditeur Philippe Besson (je charge un peu la barque, je sais, mais puisque je suis dedans ... )

 

LIVRE F L - Copie.jpg

 

STAYER FR vous recommande donc "Mon heure de gloire", écrit par François Lamiraud : en effet, l’objet est du type peu commun, tant pour ce qui regarde sa forme que son contenu.

 

L’auteur s’y livre (en l’espèce, ne croyez pas ici à une facilité de langage) avec une sincérité à fleur de peau, et, à l’instar d’un Tommy Loughran qui choisissait d’identifier les failles de sa garde en boxant devant sa glace, privilégie le mode introspectif pour évoquer son métier (ex-métier) de coureur cycliste, les satisfactions qu'il lui a apporté comme  les travers détestables qu'il a pu identifier, et cela à la manière d'un simple observateur. Un coureur cycliste observateur de lui-même et de son milieu en somme. Ses réflexions sur la famille cycliste, tramées tout au long du livre par sa fascination pour les efforts solitaires, et sa recherche méticuleuse du détail dans sa quête de  performance, sont, au gré des pages, exposées avec élégance, et ponctuées  par une finesse plutôt  rares dans ce type de production.

 

A la rubrique « souvenirs-souvenirs » on peut faire aussi dans "Mon heure de gloire" de bien jolies rencontres,  comme celle de ce public mexicain si sympathique lors de ses tentatives contre le record de l’heure. D'autres se révèlent moins aimables, comme cette chute impressionnante au vélodrome d’Alkmaar, survenue lors d'un championnat d'Europe (j’y étais) : une gamelle mémorable, et riche en échardes ! D'autres rencontres enfin, s'avèrent plus glauques, comme celle de ce récit d'un final du  Tour d’Auvergne,  où il lui est fortement recommandé de ne pas se montrer le plus fort … Le côté sombre du cyclisme, dont se délecte tant de routiers blanchis sous le harnais et d'observateurs cyniques, le laisse dubitatif et amer  ...

 

Pour achever de vous convaincre, je mettrai en avant le côté « deux livres pour le prix d’un » de l’ouvrage. Car la quête du record de l’heure, on comprend vite que ça a été LA grande affaire de notre homme, et le lecteur s'engouffre dès lors dans le tunnel obsessionnel de la préparation qui débouchera sur le puits de lumière de Roubaix, pour rebondir un peu plus loin  vers les grisantes hauteurs mexicaines. Un livre dans le livre.

 

Qui débute par un hommage déférent - démarche pleine d’élégance, et rare, les champions d'aujourd'hui et d'hier se fichant comme d'une guigne de ceux d'avant-hier -   à l’illustre « pays » qui l’a précédé sur les tablettes, le Stéphanois – comme lui – Roger Rivière, auteur dans les fifties   de deux marques mythiques, réalisées - ne l'oublions jamais - au niveau de la mer et avec seulement deux points d’appui sur son engin. Passé ce flash-back liminaire, nous voici partis dans une aventure rythmée par les concepts d’allure-cible, d’efforts sous-maximaux, de gestion-obsession du détail … Et l’on comprend alors que pour François Lamiraud, le record de l’heure a relevé quasiment d’une mystique (cf. également le sujet " François Lamiraud, prélude pour un record", que nous lui avions consacré peu avant sa tentative : http://stayer-fr.blog4ever.net/francois-lamiraud-prelude-pour-un-record-l-nterview )

Par contre, ne comptez pas sur lui pour vous révéler les braquets avec lesquels il a réalisé ses marques à Roubaix et Mexico. C’est là son petit secret, et il ajoute finalement à l’aura de ces deux records, et aussi un peu à l'étrange  mélancolie de sa dernière tentative.

 

Il vous faut donc faire ce bout de chemin avec François Lamiraud, un homme aujourd'hui un peu en apesanteur, sensible, et sachant toujours placer l' éthique au cœur de son propos (c’est pas très mode, je sais; et non, définitivement non : le mot "éthique" n'est pas un gros mot).

 

Un coureur - déjà ancien coureur - qui sait s’interroger sur les dérives narcissiques d’un sport qu’il a servi et aimé, et qui aujourd’hui se retrouve au carrefour d’une existence nouvelle …

 

LIVRE FL 2 - Copie_crop.jpg

 

Mon Heure de Gloire par François Lamiraud

Disponible au prix de 20€ chez :

EDITIONS DE PHENICIE

4 Montée deZévieux

42 800 ST MARTIN LA PLAINE 

e-Mail : contact@leseditionsdephenicie.fr

 

Patrick POLICE

Le Mardi 21 septembre 2016

A SIGNATURE BOOK NLLE EDITION - Copie - Copie.jpg A SIGNATURE LA COUVERTURE Couverture Image (2) - W Copie 1 - Copie - Copie - Copie - Copie.jpg


21/09/2016
0 Poster un commentaire

STAYER-FR VOUS RECOMMANDE

Bonjour à toi, la famille Stayer-Fr.

 

Au début de l'année, je vous avais fait part de mon emballement pour l'indispensable ouvrage d'Andrew M. Homan "Life in the slipstream", consacré au fabuleux stayer américain Bobby Walthour.

 

Avec "biographie de HAJIME KATO", écrit par Jean-Claude Fillaud, éminent membre de notre site et grand serviteur du demi-fond devant l'éternel (l'annuelle réunion du Blanc, qui vient de connaître un vif succès, lui doit beaucoup), nous restons sur la piste, mais quittons le sillage de la moto, pour évoquer la figure d'Hajimé Kato, sprinteur japonais de l'après-guerre, qui a mené avec succès sa passion pour le cyclisme et la peinture, et sû remplir sa vie d'homme.

 

KATO.jpg

 

Entre la fin des années cinquante et le début des années quatre-vingt-dix, Hajimé Kato a régalé le monde des arts de sa peinture dans laquelle couleurs, vitesse et espace se mariaient avec bonheur, et dans laquelle le cyclisme s'invitait souvent.

 

Sa brillante carrière dans le monde des arts, son passé de sprinteur, ses activités de syndicaliste au service de ses collègues du Keirin, puis de dirigeant au sein des instances internationales, le pourquoi et le comment de son attachement à la France, attachement si vif qu'il le conduira à y vivre la seconde moitié de son existence,tout cela vous est lumineusement conté dans ce livre qui rend justice à l'importance du personnage  : si un championnat du Monde de cyclisme a été organisé en 1990 sur le sol nippon, il le doit bien à cet éminent serviteur du cyclisme et des arts.

 

Bref, ce livre est une curiosité, un indispensable Ovni, que je vous recommande chaudement. Et pour vous permettre de mesurer la sincérité de cet avis, sachez que cet ouvrage a réussi à me rendre sympathique l'homme qui a fait rentrer le Keirin au programme des championnats du Monde, discipline que j'abomine entre toutes.

 

Ce n'est pas là la moindre qualité du livre de Jean-Claude Fillaud, que vous pouvez vous procurer au prix de 12€ + 2.80€ de frais de port en contactant l'auteur à l'adresse suivante :

 

Mr Jean-Claude Fillaud

102 rue Jean de La Fontaine

75016 PARIS

 

 


20/08/2016
1 Poster un commentaire

AU STAYER, café-restaurant

 Il existe à Paris, au 49 Boulevard Brune, un café-restaurant nommé "Au Stayer" ...

 

DSC00693.JPG
 

Le propriétaire actuel nous a confirmé qu'il avait bien été la propriété d'un ancien coureur cycliste.

STAYER FR recherche désespérément l'identité de ce coureur.

 

Si vous la connaissez, ou si vous pouvez nous apporter des informations (actuelles ou passées) sur cet établissement,

nous vous en serions reconnaissants, et votre contribution sera citée. A notre connaissance, il s'agit du seul café ou restaurant faisant référence en France au monde du demi-fond dans son enseigne.  

 

Pour ce faire, utiliser la rubrique " Poster un commentaire"


27/02/2014
4 Poster un commentaire

Casa Grinta : l'esprit du "Rupske" Willy Lauwers

La Casa Grinta  du chef Van Bommel mérite le détour à deux titres. Primo c'est une table de premier ordre, classée dans le Gault et Millau Belgo-Luxembourgeois.

 

Secondo, c'est un incroyable musée du vélo, avec, entre autres merveilles, un émouvant sanctuaire consacré à Willy Lauwers, dernier nom du martyrologe du demi-fond.

 

 

Tout l'endroit, tables comprises, est dédié au cyclisme,

avec une collection de maillots, "vintage" ou pas, à couper le souffle ...

 

Le restaurant Casa Grinta, située au Kardinaal Cardinjstraat 46 à Terhagen, entre Malines (Mechelen) et Anvers (Antwerpen) est un endroit hautement recommandable, vous l'avez déjà compris ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


22/12/2012
0 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :
Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser